Épistolaire politique II

Authentiques et autographes

ISBN : 978-2-84050-990-5
Date de publication : 30/08/2016
Format : 16 x 24
Nombre de pages : 254
27,00 €
Disponible

La question de l’authenticité et de l’autographie se pose aux historiens dans leur travail d’établissement des sources. Or, il s’agit d’une tâche délicate, notamment pour les périodes les plus anciennes, où la préservation de pièces originales résulte du seul hasard. La plupart des lettres connues avant la  fin du XIIIe siècle ne nous sont parvenues que sous forme de copies, contemporaines ou tardives, souvent lacunaires ou erronées. La critique de leur authenticité se pose alors de façon traditionnelle, peu différente a priori de n’importe quel autre type de sources. Ce n’est que pour les derniers siècles de la période médiévale que l’existence d’importants fonds d’archives et de correspondances originales rend possible une exploitation plus systématique.

Les documents originaux permettent de réfléchir, dans une optique élargie, à une éventuelle mise en valeur des mentions manuscrites venues du détenteur de l’autorité. Toutes ces questions demandent réflexion, et c’est dans la continuité d’un premier volume consacré au Gouvernement par les lettres que le deuxième volet du cycle d’études Épistolaire politique propose d’étudier cette question cruciale des lettres authentiques et autographes.

Recevoir du courrier n’est pas un acte anodin, car cela prouve d’emblée une position sociale. Lire soi-même une lettre, dit quelque chose de plus : on affiche avec fierté sa maîtrise de l’écriture, son insertion personnelle dans un réseau, et la lettre ouvre en fin de compte des horizons autrement plus fascinants que le paysage qu’on découvre par la fenêtre. Que la lettre reçue soit authentique ou falsifiée apparaît finalement secondaire.

Introduction

Bruno Dumézil & Laurent Vissière

 

PREMIÈRE PARTIE

AUTHENTIFICATION ET VALIDATION

 

Les vrais‑faux messages diplomatiques mérovingiens

Bruno Dumézil

 

Lettres autographes, lettres secrètes : le recours à l’autographie épistolaire pour des exigences de discrétion (XIe ‑ XIIe  siècles)

Micol Long

 

La correspondance comme expression de la volonté du sultan ottoman

Nicolas Vatin

 

La signature dans les lettres du duc de Bourgogne Philippe le Bon

Jonathan Dumont & Alain Marchandisse

 

Lettres validées, lettres fausses : jeux de pouvoir et correspondance à l’assemblée de Marseille au milieu du XIVe siècle

François Otchakovsky‑Laurens

 

DEUXIÈME PARTIE

AUTEURS ET RÉDACTEURS

 

Quelques réflexions sur le Registre des lettres de Grégoire le Grand

Bruno Judic

 

Vraie‑fausse lettre d’un émir almoravide à ses troupes (1139)

Emmanuelle Tixier du Mesnil

 

Lettere d’ambasciata e iniziativa personale degli ambasciatori (secc. XIII-XV)

Paolo Cammarosano

 

Lettres authentiques et relations diplomatiques. L’exemple de la Corse génoise (fin XVe ‑ début XVIe  siècle)

Vannina Marchi van Cauwelaert

TROISIÈME PARTIE

AFFABULATIONS

 

Prosopopée des runes : autour d’un « poème parlant » anglo‑saxon

Alban Gautier

 

Lettere false e finte nella letteratura e nella storia

Paolo Preto

 

Quand le diable prend la plume. Une lettre de Lucifer à son lieutenant ès parties d’Occident

Bertrand Schnerb

 

Il est né le maudit enfant… . La naissance de l’Antéchrist d’après une lettre du grand maître de Rhodes (XIVe ‑ XVIIIe  siècle)

Laurent Vissière

 

Les lettres de 1494 entre Alexandre VI Borgia et Bayezid II : les effets indubitables d’une documentation douteuse

Giovanni Ricci

 

Du genre épistolaire et de sa vérité : conclusions

François Bougard

 

Bruno Dumézil est spécialiste du haut Moyen-Âge, il est agrégé d’histoire et maître de conférence en histoire médiévale.

Laurent Vissière est agrégé d'histoire et maître de conférences en histoire médiévale à l'université Paris-Sorbonne.

Sur le même thème

...
En savoir plus
Indisponible