La marche sur Rome

Entre histoire et mythe

ISBN : 979-10-231-0722-7
Date de publication : 22/08/2022
Format : 16 x 24 cm
Nombre de pages : 214 p.
18,00 €

C’est au déroulement de la marche sur Rome, qui permet à Mussolini d’arriver au pouvoir et d’instaurer le fascisme en Italie, que ce livre est dédié. Ayant pris le train le 29 octobre au soir, ovationné par la foule à son départ de Milan, le Duce franchit le Rubicon en wagon-lit. Arrivé à Rome le matin du 30, il revêtit, selon la légende, une nouvelle chemise noire et se serait vêtu ainsi pour se rendre au Quirinal, la résidence du roi Victor Emanuele III.

À la lumière d’une documentation essentiellement inédite, Didier Musiedlak, cent ans après, tente de déceler ce qui relevait du mythe dans la structure de l’événement. Interprété par les fascistes comme une révolution, la marche répondit en réalité peu à cette définition. Mussolini ne cessa d’hésiter sur la meilleure tactique à adopter, en demeurant à Milan loin du champ de bataille. Le Duce fut le plus souvent en retrait, attentiste, spectateur plus qu’acteur, sans savoir parfois comment il allait pouvoir se sortir des situations les plus épineuses. L’insurrection fut effectivement une entreprise collective menée par l’état-major du Parti national fasciste dans son ensemble. La première place revient aux chefs squadristes qui se mobilisèrent par eux-mêmes. Mais cet appareil militaire représenté par la Milice était loin d’être opérationnel. Estimés à un peu plus de 19 500 hommes par Italo Balbo, loin des 26 000 hommes souvent avancés, tout laisse à penser que les miliciens fascistes auraient été anéantis par l’armée régulière si un affrontement avec l’armée avait eu lieu.

La véritable bataille remportée aux dépens des représentants de l’Italie libérale se joua sur le plan politique. C’est bien à Rome que se solda l’issue de la prise du pouvoir. Aux principaux membres du Parti fut dévolue la mission de négocier une solution constitutionnelle, avec l’assentiment du roi, d’abord en faveur d’Antonio Salandra, l’ancien président du Conseil rallié aux fascistes, puis de Mussolini. Option insurrectionnelle et option politique furent ainsi menées conjointement pour assurer la prise du pouvoir. L’événement fut massivement repensé après coup à partir de la perception des nouveautés engendrées par le fascisme, régime qui se chargea de magnifier la marche pour en faire la source de sa légitimité.

Introduction

PREMIÈRE PARTIE. LA NAISSANCE D’UN NOUVEL IMAGINAIRE NATIONAL
CHAPITRE I. LA NAISSANCE DE LA MÉMOIRE FASCISTE

La naissance du fascisme
Les enjeux mémoriels

CHAPITRE II. LA FONDATION DU PARTI NATIONAL FASCISTE
Le basculement du mouvement de la gauche à la droite
L’érosion de la composante de gauche du mouvement
La fondation du parti : le congrès de l’Augusteo
L’importance du squadrisme

CHAPITRE III. LA CRÉATION DE LA MILIZIA NAZIONALE FASCISTA
Une naissance laborieuse
La prise de conscience de la faiblesse de l’encadrement
militaire : le tournant du 13 août 1922
Le renforcement militaire de l’assise de la Milice
La mise en accusation d’Italo Balbo et ses conséquences


DEUXIÈME PARTIE. LE CHOIX DE L’INSURRECTION
CHAPITRE IV. LA NAISSANCE DE L’IMAGINAIRE DE LA RÉVOLUTION

16 octobre 1922 : l’acte de naissance de la subversion
Une énigme non résolue : l’interrogation sur la présence
du secrétaire du PNF, Michele Bianchi
La reprise du débat en 1938 : les doutes
Les mesures arrêtées le 16 octobre
L’ultime mise au point du plan : la réunion à l’hôtel
Vesuvio de Naples (24 octobre 1922)

CHAPITRE V. LA DIVERSITÉ DES FORCES FASCISTES
L’existence de deux camps
Le choix de la date de la mobilisation
L’imbroglio des tractation et la marche sur Rome
La mise en oeuvre technique du plan d’insurrection

CHAPITRE VI. LA CRISE DU RÉGIME
La reprise de la négociation politique avec les
représentants de l’Italie libérale
L’ouverture de la crise politique
Les débuts de l’insurrection militaire
Le roi refuse de signer l’état de siège
L’échec de la solution Salandra
Où est Mussolini jusqu’à la victoire finale ?

TROISIÈME PARTIE. LE MYTHE DE LA NATION EN ARMES
CHAPITRE VII. LA MARCHE : UNE RÉVOLUTION ?

Le jugement de Mussolini
La passivité de la classe libérale
Mussolini : vrai chef de la révolution ?
Le dispositif militaire fasciste le 29 octobre 1922
Le duce fait la leçon à Italo Balbo
La puissance du dispositif militaire de l’armée de
répression
L’attitude ambigüe du roi

QUATRIÈME PARTIE. SIGNIFICATION ET PORTÉE DE LA MARCHE DANS LE RÉGIME
CHAPITRE VIII. LA FONDATION DE L’ÉTAT NOUVEAU

Le vécu du squadrisme
La marche comme rupture avec l’Ancien Régime
Les enjeux de la création de la MVSN (Milice volontaire de
la sécurité nationale)
La concentration des pouvoirs au sommet de l’État
L’essor de la terreur de l’État

CHAPITRE IX. LE POUVOIR CONFISQUÉ
Servir l’État : un acte de foi fasciste
La fusion des élites et la création de l’État nouveau

Conclusion
Index des noms propres

Agrégé d’histoire, ancien membre de l'École française de Rome, Didier Musiedlak est professeur émérite en histoire contemporaine à l’université Paris - Nanterre. Élève de Pierre Milza et de Renzo de Felice, c’est l’un des spécialistes reconnus de l’étude du fascisme italien et de la comparaison...

Sur le même thème

Derniers événements