De servus à sclavus

La fin de l'esclavage antique (371-918)

ISBN : 978-2-84050-778-9
Date de publication : 29/09/2011
Format : 16x24
Nombre de pages : 528
26,00 €

La question de l’évolution des conditions serviles depuis la fin du Bas-Empire jusqu’au Xe siècle a suscité depuis la seconde moitié du XIXe siècle un foisonnement de positions contrastées, tant sur les plans de l’idéologie, de la chronologie que du vocabulaire. Ces multiples interprétations n’ont apporté jusqu’ici qu’un éclairage partiel. Un nouvel examen des sources permet de reconsidérer ce grand mouvement qui s’est déroulé sur une période de plusieurs siècles, d’en saisir la complexité des conditions et la hauteur des transformations, le mot esclave n’exprimant pas à lui seul la réalité de ce phénomène.

Le cadre chronologique, 371-918, exprime ce caractère au travers de deux événements : le décret de Valentinien Ier généralisant la fixation au sol des paysans d’Illyricum, et la première mention du terme sclavus dans un diplôme de Konrad Ier en 918.

Jusqu’à l’avènement des Carolingiens, la période romano-barbare semble maintenir une conception romaine de l’asservissement, avec toutefois l’apport des pratiques barbares et d’une Église balbu-tiante. Au-delà, dans un cadre politique stabilisé, les bases de la transformation vers le servage se fortifient grâce à son rôle croissant. Au Xe siècle, l’asservi est un homme différent de celui du ive siècle.

Il est devenu un paysan vivant de ses propres biens sur un sol appartenant au roi, à l’Église ou à la noblesse.

 

Préface de Michel Rouche

Avant-propos : Un problème longuement débattu et controversé

Introduction : De servus à sclavus : polysémie de la servitude

PREMIÈRE PARTIE : MAINTIEN DE L’IDÉAL ROMAIN ET APPORTS NOUVEAUX (371-754)

Chapitre 1 : Permanences et évolutions des cconditions serviles (IVe-Ve siècles)

Chapitre 2 : Du jus romanorum aux leges barbarorum : des cadres juridiques nouveaux

Chapitre 3 : L’influence de l’Église sur les conditions serviles

Chapitre 4 : La pratique de la servitude : l’apport des formules et formulaires mérovingiens et visigothiques

DEUXIÈME PARTIE : LES TEMPS CAROLINGIENS : LES BASES DE LA TRANSFORMATION VERS LE SERVAGE (754-918)

Chapitre 1 : Le cadre législatif civil et ecclésial

Chapitre 2 : La position des asservis dans la société carolingienne

Chapitre 3 : La législation formulaire

Chapitre 4 : La marginalisation de la servitude : un commerce de transit

Conclusion sur la période carolingienne

BILAN ET PERSPECTIVES : DE SERVUS A SCLAVUS, UN LENT MOUVEMENT DE TRANSFORMATION MENANT AU SERVAGE

Bibliographie, Index

Lire un extrait

Michel Rouche, professeur émérite à l'université Paris-Sorbonne, a reçu le Premier Grand Prix Gobert d'histoire de l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1980. Lauréat de l'Institut et Grand Prix Chateaubriand pour son ouvrage sur Clovis, il a été l'organisateur du Quinzième Centenaire...

Après des études de Sciences politiques et d’Histoire, Didier Bondue a réalisé l’ensemble de sa carrière dans l’industrie, où il a occupé pendant 22 ans des fonctions de direction commerciale et de marketing, principalement dans le groupe Saint-Gobain. Il dirige depuis 2011, à Paris et à Blois,...

Sur le même thème