Essais et introductions

ISBN : 978-2-84050-786-4
Date de publication : 05/01/2012
Format : 15x21
Nombre de pages : 590
24,00 €

Essais et introductions permet d’appréhender la cohérence de l’œuvre de Yeats. L’Irlande est là : politique avec Parnell ; sociale avec les personnalités qu’il admire, mais aussi ces Irlandais dont il dénonce l’étroitesse d’esprit ; culturelle encore, car il y puise son désir d’une poésie irlandaise de langue anglaise. Cette réalité est pétrie de mythes et de folklore. Folkloriste et occultiste se prolongent, fées ou fantômes s’incorporant dans les systèmes ésotériques. Chez les penseurs du XVIIIe siècle, il découvre la même critique du matérialisme puis perçoit des analogies entre leur philosophie et les textes hindous. Le védantisme, dont l’étude se confond en partie avec celle de la théosophie, de la Golden Dawn et la lecture d’A.P. Sinnett, pénètre sa pensée. Il attire l’attention sur Un moine indien de Shri Purohit Swãmi ou La Montagne sacrée de Bhagwãn Shri Hamsa. Sur ces textes, il s’appuie pour rejeter le mysticisme chrétien qui exige la renonciation, alors qu’il prône la satisfaction de tout l’être. Sa quête métaphysique sert ses fins esthétiques car traditions gaéliques, occultes, orientales par leur rituel et leur symbolique réhabilitent l’imagination.

Essais et introductions insiste sur ces auteurs qui croient en la « suprématie » de cette faculté, car elle a « un moyen d’accéder à la vérité que n’a pas la raison ». Les grands noms en sont Dante, Spenser, Shakespeare, Shelley, Balzac, Morris, Synge, Tagore ; les principaux courants, préraphaélisme, symbolisme, décadence ou la nouvelle poésie qu’il n’apprécie guère mais dont il reconnaît l’intensité ; tous les genres outre la poésie, roman – Louis Lambert est un « livre sacré » –, « théâtre d’art » proche de Wagner, qui, de Maeterlinck, le conduit à Craig et au nô, modèle de ses Pièces pour Danseurs avec musique, danse et masque. Écrits à différentes périodes, ces Essais permettent de suivre le cheminement de sa quête ; à travers le jeu des correspondances, il tisse la trame entre visible et invisible. En exposant les sources multiples où l’a guidé son éclectisme, il dévoile l’alchimie qui précède la création, puis, au stade de l’écriture, l’importance des symboles traditionnels aux multiples significations, du rythme, de la relation mot-musique.

 

Présentation, de Jacqueline Genet

1. L’Irlande : Le réel ; Le surnaturel. 2. Métempsychie, recherches ésotériques 3. La philosophie du XVIIIe siècle. 4. L’Orient. 5. Une histoire littéraire : Ses grands noms ; Le reflet de son évolution. 6. Esthétique de Yeats : Correspondances et attachement au concret ; Glorification de l’imagination ; De la vision à la création ; Le symbole ; De la Grande Mémoire à l’Unité d’Être

INTRODUCTION de W. B. Yeats

ESSAIS

I. IDÉES DU BIEN ET DU MAL

Qu’est-ce que la « poésie populaire » ? – Diction des vers au psaltérion – Magie – Le plus heureux des poètes – La philosophie de la poésie de Shelley – À Stratford-on-Avon – William Blake et l’Imagination – William Blake et ses illustrations pour La Divine Comédie – Le symbolisme en peinture – Le symbolisme de la poésie – Le théâtre – L’élément celtique en littérature – L’automne du corps – Les états d’âme – Le corps du père Christian Rosenkreuz – Le Retour d’Ulysse – L’Irlande et les arts – Les plaines du Galway – L’émotion de la multitude

II. LA TAILLE D’UNE AGATE

Préface – Certaines nobles pièces du Japon – Le théâtre tragique – Poésie et tradition – Découvertes – Prophète, prêtre et roi – La personnalité et les Essences intellectuelles – Le musicien et l’orateur – Une guitariste – Le miroir – L’Arbre de Vie – Éloge des contes de bonne femme – La représentation des mœurs modernes – Le théâtre qui représente la vie contemporaine a-t-il des racines qui lui sont propres ? – Pourquoi dans les temps anciens faisait-on de l’aveugle un poète ? – À propos des saints et des artistes – Le sujet du théâtre – Les deux types d’ascétisme – Dans la gueule du serpent – Flèches noires et flèches blanches – Les sourcils de sa maîtresse – Les tresses de cheveux – Une tour sur les Apennins – Les pensées du corps – La foi religieuse nécessaire à l’art religieux – Les lieux saints – Préface à la première édition de La Fontaine aux saints – Préface à la première édition des Poèmes et traductions de John M. Synge – J.M. Synge et l’Irlande de son temps – John Shawe-Taylor – L’art et les idées – Edmund Spenser

DERNIERS ESSAIS ET INTRODUCTIONS

Gitanjali – L’évêque Berkeley – Le livre de mon ami – Prométhée délivré – Un moine indien – Louis Lambert – La Montagne sacréeLa Mandukya Upanishad – Parnell – La poésie moderne : causerie radiophonique – Introduction générale à mon œuvre – Introduction à mes pièces

Glossaire

Sur le même thème